Dvar Torah publiés par Tomer Debora

PARACHAT MIKETZ

A la suite des deux rêves terribles, Pharaon fait venir Yossef pour les lui expliquer. L’analyse de ce dernier est si bonne à ses yeux qu’il décide d’en faire le vice roi d’Egypte. Comme Yossef a dit à Pharaon qu’afin de sauver le pays il devait chercher un homme intelligent et sage pour diriger l’Egypte, (Béréshit 41 ; 33) Pharaon lui dit : « Après que D.ieu t’ait fait savoir tout ceci, nul n’est intelligent et sage comme toi. » (Béréshit 41 ; 39) Rashi explique : Si nous devons chercher un homme intelligent et sage pour diriger le pays, nous n’en trouverons pas d’aussi bien que toi.

Deux questions se posent :

  • Tout d’abord, qui a dit à Pharaon qu’il ne trouvera personne d’intelligent et sage comme Yossef ? Il n’a pas cherché, peut-être qu’il trouvera d’autres intelligents et sages en Egypte.

  • Deuxièmement, à quoi sert tout le préambule que Pharaon fait à ses serviteurs : « Trouvera-t-on tel que celui-ci, un homme qui a le souffle de D.ieu en lui ? » (Béréshit 41 ; 38) Puisque ce qui l’intéresse c’est un homme intelligent et sage, il fallait dire : « Trouvera-t-on tel que celui-ci, un homme intelligent et sage ? »

En fait, quand Yossef fut présenté à Pharaon, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire : Personne ne sait décrypter les rêves de Pharaon, toute la cour est présente, les nobles, les magiciens, etc. …

Et qu’est ce qui se passe ? On fait venir un prisonnier juif à qui on demande de trouver une réponse là où personne n’en a trouvé. Quel honneur ! Yossef vient juste de quitter son cachot, il n’a pas envie d’y retourner. Tout autre que lui chercherait n’importe quelle interprétation pour rester libre. Il joue son va tout. Mais que fait Yossef ? Au lieu de prendre tout le Kavod pour lui, il dit : « Loin de moi ! Hashem répondra pour le bien-être de Pharaon. » (Béréshit 41 ; 16) Il rend tous les honneurs à Hashem.

Cela aura comme conséquence de transformer Pharaon. Au début Pharaon se prend pour un dieu, il est au-dessus du Nil. Or, comme l’explique Rashi, ce fleuve est essentiel pour l’Egypte : Tout le pays est formé de canaux créés par l’homme, quand le Nil est en crue, il monte et envahit ces canaux. Cela permet d’apporter de l’eau dans toute l’Egypte car la pluie n’y tombe pas continuellement comme dans les autres pays. (Béréshit 41 ; 1) Pharaon est au-dessus du fleuve, c’est-à-dire au-dessus de la nature, il maîtrise cette nature car c’est un dieu.

S’engage alors la discussion avec Yossef, et petit à petit Yossef va parler à Pharaon d’Hashem. Pharaon ne s’en apercevra même pas. Yossef glisse dans ses paroles le message juif par excellence : Hashem existe, il est partout et il peut tout. Yossef utilise le nom divin d’Élokim qui est l’attribut divin rassemblant toutes les forces existantes, s’opposant ainsi à Pharaon qui se prétend être un dieu au-dessus de la nature.

Pharaon entendra en tout cinq fois le nom Élokim (Passouk 16, 25, 28, 32, 32) et cela a fait son travail puisque tout de suite après, quand Pharaon s’adresse à ses serviteurs il utilise lui aussi le nom d’Élokim : « Trouvera-t-on tel que celui-ci, un homme qui a le souffle d’Élokim en lui ? » et « Après que Élokim t’ait fait savoir tout ceci, nul n’est intelligent et sage comme toi. » (Béréshit 41 ; 38 et 39)

Dès que Yossef a dit : « Loin de moi ! Hashem répondra pour le bien-être de Pharaon. », c’est-à-dire « Ce n’est pas moi qu’il faut remercier, la sagesse n’est pas mienne. C’est Hashem qui possède la sagesse et c’est Lui qui répondra à Pharaon. Pharaon a compris qu’il avait en face de lui un homme exceptionnel, dont la seule motivation était la vérité et le service divin. Un homme qui a accès à la sagesse divine. Il devient donc évident que Yossef est le seul apte à répondre comment gérer cette famine qui s’annonce. C’est pourquoi Pharaon doit en premier expliquer à ses serviteurs que : « Trouvera-t-on tel que celui-ci, un homme qui a le souffle d’Élokim en lui ? » Seul lui a le souffle divin en lui. Eux doivent en premier comprendre que Yossef est un homme de D.ieu indépendamment de sa sagesse. Quant à Yossef, Pharaon lui dit : puisque tu as mérité d’avoir le souffle divin, nul comme toi est « un homme intelligent et sage pour diriger l’Egypte. »

Yossef a réussi la mission de chaque juif sur terre : faire connaître la présence, l’existence et la puissance d’Hachem à toute l’humanité et même s’ils sont très éloignés de ce concept comme l’étaient les égyptiens idolâtres.

Nous aussi nous devons suivre son exemple et répandre à notre tour cette vérité : il y a un D.ieu qui a tout créé et qui dirige tout.

 

On ne va pas se quitter sans un petit mot sur Hanouka …

La fête de Hanouka tombe toujours la semaine où on lit la Parasha Mikets. Quel rapport y a-t-il entre Hanouka et Mikets ?

Tout d’abord, Pharaon a rêvé que sept vaches laides et maigres ont mangé sept vaches belles et grasses. Puis dans le deuxième rêve, Pharaon a vu sept épis de blé maigres et frappés par le vent d’Est manger sept épis de blé sains et bons. Le maigre mange le gros. C’est exactement ce que nous disons dans Al Hanissim : Guiborim béyad halashim, rabim béyad méatim (les forts dans les mains des faibles et les nombreux dans les mains des peu nombreux).

Par ailleurs, la Parashat Mikets commence par les mots « Vaéhi mikets shénataïm yamim ouparo holèm » (Ce fut à la fin de deux ans et Pharaon rêve). A Hanouka on doit allumer la Hanoukia à la gauche de la porte d’entrée afin d’avoir, quand on entre chez soi, la Mézouza à sa droite et la Hanoukia à sa gauche. On est ainsi entouré de Mitsvot. Nous retrouvons cette idée dans le premier Passouk de notre Parasha dans le mot « SHÉNATAÏM » qui est l’acrostiche de Smol Nérot Tadlik, Yamin Mézouza ! (S.N.T.Y.M.) (à gauche les Nérot de Hanouka tu allumeras et à droite la Mézouza) Ce qui fait en hébreu le mot Shénataïm !

 

Rendez-nous visite

9, Chemin de St Pol - 73100 Aix-les-Bains

Contactez-nous

Tomer Debora

Copyright © 2020 tomerdebora.fr - Tomer Debora Beth Yaacov à Aix les Bains

Site propulsé par SALIX INFORMATIQUE