Dvar Torah publiés par Tomer Debora

PARACHAT KEDOCHIM

Dans notre Paracha, la Torah nous ordonne de juger notre prochain du bon côté (19 – 15).

Le Ramban dans sa Lettre va encore plus loin, en nous demandant de considérer notre prochain comme s’il était meilleur que nous.

Ici un problème de conscience se pose, comment faire pour juger l’autre du bon côté, pour penser qu’il est meilleur que moi ? Si je pense au plus profond de mon être qu’il est mauvais, comment la Torah peut-elle me demander de penser le contraire ? Suis-je obligé de tricher avec mes certitudes ?

Rav Israël Salenter explique qu’on ne parle pas ici d’une approche intellectuelle, si l’autre est moins bon, il est moins bon. C’est une réalité ! La Torah parle plutôt de mon regard, de mes sentiments qui viennent troubler mon jugement.

Il est évident qu’on ne me demande pas d’aller contre la vérité et de trouver blanc ce qui est noir. Mais parfois mon jugement est altéré par mon moi.

Chacun connait ses faiblesses, ses Avérot et ses mauvaises pensées. Imaginons que tous ses défauts se retrouvent chez son voisin, quel regard porterait-il sur lui ? Nous pouvons sans crainte affirmer qu’il le dénigrerait et l’accuserait d’être un hypocrite qui fait semblant d’être religieux, un vrai Racha. Et il s’éloignerait de lui et de sa mauvaise influence.

Pourtant, lorsqu’il fait une introspection et qu’il trouve ces mêmes défauts chez lui, il ne se considère pas comme un Racha. Au contraire, il arrive à trouver une justification à chaque imperfection, chaque vice, chacune de ses faiblesses.

Les exemples sont légions, mais nous n’en citerons qu’un : Celui qui arrive en retard à la Téfila du matin parce qu’il a passé une mauvaise nuit à cause d’un enfant malade, trouve normal son retard. Il a une bonne excuse.  C’est déjà bien qu’il soit là, d’autres seraient restés dans leur lit. Mais, une fois installé à sa place il voit entrer un autre retardataire dans la Choule. Automatiquement, il porte un jugement négatif sur cette personne : « A-t-on idée de venir à la Téfila à cette heure ? Il pourrait faire un effort. » Pourtant, quelques minutes plus tôt, lui aussi est arrivé en retard, mais lui c’est différent, il a de bonnes excuses.

La Guémara Yébamot (25b) dit au nom de Rava : Adam karov Etsel Atsmo (un homme est proche de lui-même). On s’aime trop soi-même pour se trouver des défauts. On arrive à trouver des bonnes justifications pour chacun de nos travers.

On « oublie » ainsi notre mauvais côté. Ce qui, dans le fond, est une bonne chose en soi et une gentillesse divine à notre égard. Si la totalité de nos pêchés était constamment devant nos yeux, nous en serions tristes, abattus et dépressifs. Ne sachant comment s’en sortir tant la tâche semble immense. Nous trouverions nos fautes trop importantes, et, démoralisés nous ne commencerions jamais un processus de Téchouva. Mais, heureusement, l’oubli est là. Et à chaque fois que nous jetons un regard sur nous-mêmes, nous ne nous voyons pas si noir, car nous avons tout oublié.

C’est ce regard positif que nous devons avoir sur autrui. Un regard empreint de miséricorde.

Parfois nous nous querellons avec notre prochain. Et, au lieu de nous calmer et chercher la paix, nous nous persuadons d’avoir raison et nous trouvons tous les défauts du monde à celui qui ose s’opposer à nous. Si bien que très vite nous le considérons comme un Racha.

Le souci, c’est qu’ainsi nous nous aveuglons nous-mêmes et nous ne voyons plus les bons côtés de l’autre et les raisons qui font qu’il se comporte ainsi. Et peut-être qu’après cent vingt ans on nous montrera que c’est lui qui avait raison et que ses raisons étaient meilleures que les nôtres.

Nous ne connaissons les gens que de l’extérieur, nous voyons qu’il n’étudie pas, qu’il ne prie pas et nous portons un jugement. Mais nous ne savons pas ce qui l’a poussé à être comme cela, à devenir ce qu’il est devenu, l’être que nous connaissons aujourd’hui.

Rendez-nous visite

9, Chemin de St Pol - 73100 Aix-les-Bains

Contactez-nous

Tomer Debora

Copyright © 2020 tomerdebora.fr - Tomer Debora Beth Yaacov à Aix les Bains

Site propulsé par SALIX INFORMATIQUE